the guardian of true

18 septembre 2018

JEAN PIERRE BEMBA HUMILIE!

SCANDAL VK JPB

 

TOMBEUR DES FEMMES D’AUTRUI, KAMERHE FRAPPE ENCORE ! 

 

La sextape circule dans les réseaux sociaux et fait le Buzz ! Depuis ce vendredi 14 septembre 2018. (Plus de 2.456.876 vues)

 

Dans cette sextape, comme pour cimenter l’union sacrée de l’opposition, entre l’UNC (Union pour la Nation Congolaise) et le MLC (Mouvement de Libération du Congo) noué à Bruxelles, on y voit Vital KAMERHE candidat à la présidence en plein acte sexuel avec l’épouse d’un autre candidat à la présidence pour les élections de décembre 2018,    invalidé par la cour constitutionnelle, le président du MLC Jean Pierre BEMBA, qui selon la conversation contenue dans la sextape, ne pouvait pas honorer ses devoir conjugaux parce que détenue à la CPI. C’est donc en bon prince que KAMERHE a fait le labeur, c’est charitable mais, pourquoi avoir filmé?

 

Au même moment, nous apprenons qu’une vidéo similaire impliquant, Felix  TSHISEKEDI, président de l’UPDS  et Eva BAZAYIBA Secrétaire Général du MLC, sera bientôt mise en ligne par la même source. Affaire à suivre…

 

Carine Ntumba.

 

 

 

Posté par flashmalinfo à 15:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]


28 janvier 2017

RADIO-CANADA: SCANDAL A LA PRIMATURE DE LA RDC!

                     

 

Nous apprenons ce Mardi 24 janvier 2017, que le tout puissant Ministre Délégué près le Premier Ministre qui vient de s’illustrer par une scabreuse interview accordée à Paris Match, Fidèl TINGOMBAY est pris la main dans le sac. En effet, l’élu de BONGANDANGA est à la tête d’un réseau pornographique. Depuis 2006, il aurait pris avantage de son statut de député national pour convaincre les jeunes filles mineures de sa province, de s’adonner à ces activités illicites en RDC parce que prohibées et interdites par la loi  du Pays de JOSEPH KABILA.

TINGOMBAY, le réalisateur de films XXX, aurait tourné plus de 120 films en 10 ans selon PAPY BOMANGA, un des ses proches qui a pris ses distances depuis longtemps pour les faits évoqués. D’après PAPY BOMANGA « Fidèl TINGOMBAY s’est énormement enrichi par la vente en RDC de véhicules  volés au Canada mais également, en réalisant des long-mètrages porno avec les mineures de BONGANDANGA, qu’il revendait sur le marché du cinéma canadien, étant lui, de nationalité canadienne, il a toutes les facilités d’écouler le produit de son travail de réalisateur pornographe sur le marché canadien et asiatique».

De sources proches du Canadien de BONGANDANGA, l’homme de «  ISO NA ISO »,  Fidèl TINGOMBAY, serait sur le point de continuer son business à partir de la primature sous couvert de la protection du Premier ministre Samy BADIBANGA, bénéficiant ainsi des imunités et des moyens de l’Etat pour mener à bien sa sale besogne. A la primature, il s’est entouré pour se faire d’un ancien agent du    Service National d’intelligence et de Protection (SNIP) : Henri WANYA (frappée d’une sévère et incurable tuberculose), un gouru de la brigade des moeurs qui à ce titre, connait tous les rouages  et les ressources humaines des filières pornographiques et pédophiles de la RDC, passé par OKAPI AIRWAYS, une agence de voyage qu’il a soigneusement enmené à la faillite par un recrutement plétorique de filles dont nous pouvons aisément imaginé la provenance.

Le Directeur de Cabinet du Premier Ministre, Samy BADIBANGA, Monsieur Alexi MONDONGA,     Joint par téléphone, a quant à lui éstimé : « qu’il n’était pas étonné, que cela ressemble bien à TINGOMBAY qu’il trouve pour sa part, envahissant et encombrant ».

 

La Primature, plate forme et plaque tournante de la dépravation des moeurs en RDC !

Comment aurions nous pu imaginer un seul instant que l’institution de presstige, de noblesse et de    notorieté tel que la Primature légué par MATATA PONYO MAPON aurait en si peu de temps, sombré dans la décadence entre les mains inexperimentées et dans la criminalité ?

C’est en effet les conséquences de la cogestion voulue par l’accord du 18 Octobre, la République est désormais prise en otage par des hommes sans probité morale, sans scrupule et sans vergogne.

Les nouveaux locataires de la Primature affichent des profils pour le moins atypiques ; le personnel laissé par MATATA PONYO, qui n’était pas habitué à ce genre de scandal ne sait plus à quels saints se vouer, le Conseiller Principal Politique et Diplomatique du Premier Ministre MATATA hier, et BADIBANGA   aujourd’hui, Monsieur MWAMBA, affirme que «Ce genre de scandal ne ce serait jamais produit à l’époque de MATATA ; c’est incroyable ! Des erreures de casting de cette dimension ne sont pas permises en politique, elles peuvent être fatales !».

Chaque gouvernement ayant sa part d’obscurité (rappelons-nous du Vice Ministre masturbateur des PTNTIC, Enock Sebineza RUBERANGABO), le Gouvernement Samy BADIBANGA 1 n’aura pas tardé à dévoiller son côté obscure avec un Ministre Délégué pornographe. il appartient au Chef de l’Etat de tirer toutes les conséquences tel qu’il avait fait en son temps pour le Vice Ministre des PTNTIC de triste mémoire.

Dans cette très sale affaire, il faut se poser la question de savoir si le Premier Ministre BADIBANGA est victime ou complice des agissements de son Ministre Délégué Fidèl TINGOMBAY?

Dans tous les cas, il va devoir sévir rapidement pour enrailler sa descente aux enfers… 

 

BRICE- MATHIEU  MERTENS

 

Posté par flashmalinfo à 08:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 janvier 2017

RTBF/ RDC : FIDEL TINGOMBAY S’EN PREND VIOLAMENT A MIKE MUKEBAY ET DANIEL SAFU !

 

 

Fidèl TINGOMBAY s’en prend violemment à Mike MUKEBAY et Daniel SAFU dont il prétend être victime. Selon lui, les deux journalistes bien connus des milieux de la presse et de la politique nationale l’ont pris pour cible parce qu’il est devenu Ministre et que ces derniers voudraient lui extorquer de l’argent : 10.000$ selon le Ministre Délégué près le Premier Ministre.

Mais TINGOMBAY, n’a pas l’intention de se laisser faire ; il compte saisir son avocat conseil et traduire en justice ceux qu’il a selon ses termes qualifié de «vas nu pied, des mandiants mafieux et d’escrocs » Daniel SAFU et Mike MUKEBAY sont donc dans le colimateur du Ministre Délégué.

« Je ne leur donne pas plus de deux semaines pour qu’ils viennent en rampant me supplier de ne pas les faire arrêter » confiait le Minsitre Délégué à un des ces proches.

Le compte à rebours a donc commencé pour nos deux confrères de Kinshasa. Selon les propos du Ministre, ils n’ont que deux semaines pour faire amende honorable… wait end see. 

 

   SANDRINE SCHOEWANEN

 

Posté par flashmalinfo à 16:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 janvier 2017

RDC : le cercle se rétrécit autour du Premier Ministre Samy BADIBANGA!

 

Le Premier Ministre Samy BADIBANGA vient d’être poignardé dans le dos par un de ses proches collaborateurs. En effet, son Ministre Délégué près le Premier Ministre, Fidèle TINGOMBAY, vient de confier dans les colonnes de Paris Match, qu’il souscrit à la démarche de Eva BAZAYIBA, Secrétaire Nationale du MLC, qui vient de signer l’accord de la CENCO : « elle a bien fait, c’est une responsable politique, le Premier Ministre devrait s’inspirer de ce sens élevé de responsabilité en démissionnant ». La signature de l’accord politique de la Saint Silvestre parle Ministre Délégué est annoncée en trombe par les supporters du Rassemblement de l’Opposition (RASSOP). Si le Ministre Délégué venait à signer cet accord, ca serait un coup fatal porté en plein cœur à Samy BADIBANGA.

Cet accord vient décapiter Samy BADIBANGA car il consacre son éviction de la tète du Gouvernement de la RDC, alors qu’il vient à peine d’y être investi. L’infidèle TINGOMBAY se désolidarise donc de son Premier Ministre et le met dos au mur par sa position : « il va démissionner avant la session parlementaire du mois de Mars, j’en fais la promesse, je pèserais de tout mon poids pour que le premier ministre, Samy BADIBANGA, rende le tablier le plus vite possible ! De toutes les façons, c’est un homme sans expérience politique et incapable de supporter la pression des politiques, des médias et de l’église catholique et son récent tête à tête avec le Président SASSOU le démontre à suffisance, il a sourit durant tout l’entretien comme un petit enfant parce qu’il ne l’avait jamais vue qu’à la télé».

Les soutiens sincères se font rares autour du Premier Ministre congolais. De plus en plus, il est isolé même par ses prétendus amis. La CENCO pendant ce temps continue d’appeler la classe politique à ne considérer que l’intérêt supérieur de la nation congolaise, histoire de confirmer les propos du Ministre Délégué près le Premier Ministre, Fidèle TINGOMBAY.

Le Premier Ministre voit son avenir politique s’assombrir de jour en jour et se rapproche inexorablement de l’épilogue de ce qui semble être une courte aventure politique à la Primature. Félix TSHISEKEDI, lui, attend son heure, tapis dans l’ombre pour prendre la primature qui lui est promise par l’accord du 31 Décembre 2016.

 

Alfred VEREKOENEN.

Posté par flashmalinfo à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2016

RDC: RDC : une plainte en gestation contre NGONGO LUWOWO pour expropriation!

Appartement 35 de l'Immeuble Mayumbe: une plainte en gestation contre NGONGO LUWOWO pour expropriation, le sénat bientôt saisi pour lever son immunité.

luwowo

 

L'affaire appartement 35 de l'immeuble Mayumbe au numéro 60 du boulevard du 30 juin dans la commune de la Gombe révèle un scandale qui, si cela se confirme, sera signé par le sulfureux sénateur Aubin NGONGO LUWOWO.

Ce qui est aujourd'hui devenu "l'affaire appartement 35" n'est rien d'autre que cet appartement relevant du domaine public, qui a appartenu à la Présidence de la République à l'époque du Maréchal Mobutu, devenu subitement la propriété du Sénateur NGONGO LUWOWO.

En effet, l'appartement 35 avait été successivement occupé par Monsieur BOSEKOTA WATSA conseiller et gendre du Président Mobutu après son mariage avec la fille de ce dernier, Monsieur KINDEMBI l'a aussi occupé pour le compte de la Présidence de la République. Viendra le tour des ensuite indiens qui louaient auprès de cette même institution. Après la chute du Maréchal Mobutu, le Sénateur NGONGO LUWUWU, qui était le dernier Ministre des affaires foncières de Mobutu dans le Gouvernement Likulia, avec un répertoire des biens fonciers de l’État, revient de son exil et se constitue un important patrimoine immobilier qu'il n'avait pas avant son passage aux affaires foncières. Galléries Présidentielle, Immeuble Magenia, Immeuble Mayumbe, deux appartements dans certains de ces immeubles. Le Sénateur s'arrange toujours pour être Président du conseil de gérance de copropriétaires, soit placer un pion afin de gérer les différentes enquêtes judiciaires diligentées contre ses propriétés.

A l'immeuble Mayumbe, où l'appartement 35 va faire l’objet d'une saisine du parquet, le Sénateur NGONGO LUWOWO avait été chassé comme Président du conseil de gérance pour falsification de signature du gérant du Syndic, Monsieur ILAKO, dans une affaire de faux reçus. Ce dernier a été limogé, lui aussi, par les copropriétaires. Le parcours sulfureux du Sénateur NGONGO LUWUWO fait confirmer à certains acteurs dans le dossier, c'est la supercherie qui pourrait exister dans l'acquisition de ses biens dont celui de l’appartement 35 de l'immeuble Mayumbe par le dernier Ministre des affaires foncières du Maréchal Mobutu.

Le 29 octobre 1986 sur décision d’État n 53/CC/86 en matière disciplinaire, le sénateur NGONGO LUWOWO, commissaire du peuple à l'époque, avait été mis en cause, déchu de son mandat, interdit d'exercer les droits civiques et politique pendant cinq ans et interdit d’accéder ultérieurement à toutes fonctions publiques ou paraétatiques pendant un délai de cinq ans pour les mêmes forfaits.

19-05-16-balance-justice-827x600

 

En effet, en 1986 le sénateur NGONGO LUWOWO avait été accusé de confectionner des faux arrêtés et des fausses lettres d'attribution pour s'octroyer des immeubles appartenant à l’État ou à des particuliers, et cela en imitant la signature du Commissaire d’État aux affaires Foncières. Le Sénateur était accusé de procéder à la destruction du registre des arrêtés du Département des affaires Foncières et d'avoir fait disparaître de la Conservation des Titres Immobiliers de la Ville de Kinshasa le dossier relatif à l'immeuble n 2400 pour effacer les traces de ses forfaits, abuser de son rang pour se faire délivrer, les titres définitifs de propriété sur lesdits immeubles.

Au regard de cette décision de 1986, il est facile de comprendre la sphère dans laquelle évolue le Sénateur NGONGO LUWOWO et le désordre qu'il a semé une fois nommé Ministre des affaires foncières au regard des différents conflits fonciers que connait notre pays à ce jour. Le vers était effectivement dans le fruit. Le même Sénateur se fait remarquer en 2014 dans un dossier d'images pornographiques sur les réseaux sociaux en compagnie d'une jeune étudiante de l'Université protestante.

Le sénateur s'amusait à filmer les jeunes filles afin de commémorer ses différentes conquêtes a déclaré Michel, le petit ami de la victime. Poursuivi par la justice alors qu'il était encore en Tunisie, il décide de se réfugier en Afrique du Sud pendant des mois. Le parcours sulfureux du Sénateur n'a jamais échappé aux vieux routiers de la politique qui servent la nation au Sénat, et ces derniers les lui ont rappelés lors du dernier vote du rapporteur du Sénat où NGONGO LUWOWO avait postulé. Au dépouillement des urnes, Aubin NGONGO LUWOWO n'avait qu'une seule voix, la sienne. Comme quoi, il peut mentir à tous, mais pas aux politiques. Sa réputation aujourd'hui ne laisse aucune personne sérieuse de marbre. la bataille judiciaire de "l'affaire appartement 35" sera peut-être l'affaire de trop qui ouvrira la boite de pandore sur les différentes affaires "NGONGO LUWOWO".

 

Aissata Touré Maiga

Posté par flashmalinfo à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

RDC : une plainte en gestation contre NGONGO LUWOWO pour expropriation!

Appartement 35 de l'Immeuble Mayumbe: une plainte en gestation contre NGONGO LUWOWO pour expropriation, le sénat bientôt saisi pour lever son immunité.

luwowo

 

L'affaire appartement 35 de l'immeuble Mayumbe au numéro 60 du boulevard du 30 juin dans la commune de la Gombe révèle un scandale qui, si cela se confirme, sera signé par le sulfureux sénateur Aubin NGONGO LUWOWO.

Ce qui est aujourd'hui devenu "l'affaire appartement 35" n'est rien d'autre que cet 35 cet appartement relevant du domaine public, qui a appartenu à la Présidence de la République à l'époque du Maréchal Mobutu, devenu subitement la propriété du Sénateur NGONGO LUWOWO.

En effet, l'appartement 35 avait été successivement occupé par Monsieur BOSEKOTA WATSA conseillé et gendre du Président Mobutu après son mariage avec la fille de ce dernier, Monsieur KINDEMBI l'a aussi occupé pour le compte de la Présidence de la République. Viendra le tour des ensuite indiens qui louaient auprès de cette même institution. Après la chute du Maréchal Mobutu, le Sénateur NGONGO LUWUWU, qui était le dernier Ministre des affaires foncières de Mobutu dans le Gouvernement Likulia, avec un répertoire des biens fonciers de l’État, revient de son exil et se constitue un important patrimoine immobilier qu'il n'avait pas avant son passage aux affaires foncières. Galléries Présidentielle, Immeuble Magenia, Immeuble Mayumbe, deux appartements dans certains de ces immeubles. Le Sénateur s'arrange toujours pour être Président du conseil de gérance de copropriétaires, soit placer un pion afin de gérer les différentes enquêtes judiciaires diligentées contre ses propriétés.

A l'immeuble Mayumbe, où l'appartement 35 va faire l’objet d'une saisine du parquet, le Sénateur NGONGO LUWOWO avait été chassé comme Président du conseil de gérance pour falsification de signature du gérant du Syndic, Monsieur ILAKO, dans une affaire de faux reçus. Ce dernier a été limogé, lui aussi, par les copropriétaires. Le parcours sulfureux du Sénateur NGONGO LUWUWO fait confirmer à certains acteurs dans le dossier, c'est la supercherie qui pourrait exister dans l'acquisition de ses biens dont celui de l’appartement 35 de l'immeuble Mayumbe par le dernier Ministre des affaires foncières du Maréchal Mobutu.

Le 29 octobre 1986 sur décision d’État n 53/CC/86 en matière disciplinaire, le sénateur NGONGO LUWOWO, commissaire du peuple à l'époque, avait été mis en cause, déchu de son mandat, interdit d'exercer les droits civiques et politique pendant cinq ans et interdit d’accéder ultérieurement à toutes fonctions publiques ou paraétatiques pendant un délai de cinq ans pour les mêmes forfaits.

19-05-16-balance-justice-827x600

En effet, en 1986 le sénateur NGONGO LUWOWO avait été accusé de confectionner des faux arrêtés et des fausses lettres d'attribution pour s'octroyer des immeubles appartenant à l’État ou à des particuliers, et cela en imitant la signature du Commissaire d’État aux affaires Foncières. Le Sénateur était accusé de procéder à la destruction du registre des arrêtés du Département des affaires Foncières et d'avoir fait disparaître de la Conservation des Titres Immobiliers de la Ville de Kinshasa le dossier relatif à l'immeuble n 2400 pour effacer les traces de ses forfaits, abuser de son rang pour se faire délivrer, les titres définitifs de propriété sur lesdits immeubles.

Au regard de cette décision de 1986, il est facile de comprendre la sphère dans laquelle évolue le Sénateur NGONGO LUWOWO et le désordre qu'il a semé une fois nommé Ministre des affaires foncières au regard des différents conflits fonciers que connait notre pays à ce jour. Le vers était effectivement dans le fruit. Le même Sénateur se fait remarquer en 2014 dans un dossier d'images pornographiques sur les réseaux sociaux en compagnie d'une jeune étudiante de l'Université protestante.

Le sénateur s'amusait à filmer les jeunes filles afin de commémorer ses différentes conquêtes a déclaré Michel, le petit ami de la victime. Poursuivi par la justice alors qu'il était encore en Tunisie, il décide de se réfugier en Afrique du Sud pendant des mois. Le parcours sulfureux du Sénateur n'a jamais échappé aux vieux routiers de la politique qui servent la nation au Sénat, et ces derniers les lui ont rappelés lors du dernier vote du rapporteur du Sénat où NGONGO LUWOWO avait postulé. Au dépouillement des urnes, Aubin NGONGO LUWOWO n'avait qu'une seule voix, la sienne. Comme quoi, il peut mentir à tous, mais pas aux politiques. Sa réputation aujourd'hui ne laisse aucune personne sérieuse de marbre. la bataille judiciaire de "l'affaire appartement 35" sera peut-être l'affaire de trop qui ouvrira la boite de pandore sur les différentes affaires "NGONGO LUWOWO".

 

Aissata Touré Maiga

Posté par flashmalinfo à 00:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2016

Disparition de l’Abbé MALUMALU, Corneille NANGAA coupable de mensonge d’Etat!

 

 

 

ceni mensonge

LE SCADALEUX MENSONGE D’ETAT DU PRESIDENT DE LA CENI

Corneille NANGAA ment sur la situation de l’Abbé MALUMALU. Il n’a jamais parlé avec l’Abbé MALUMALU lors de son récent séjour aux Etats Unis. L’Abbé MALUMALU ne les a pas reconnus lui et sa délégation, parce qu’il a les yeux fermés et que son cerveau ne fonctionne plus !

Corneille NANGAA a plutôt corrompu chaque membre de sa délégation à hauteur de 100.000$ par personnes avec les fonds de la CENI, pour que ceux-ci soutiennent son mensonge d’état. (Ce qui explique le communiqué de son évêque Melchisedech Sikuli Paluku annoncant la mort dans la nuit du 30 juin au 1er juillet de l’abbé Malu Malu à Dallas, il aurait attendu gentillement que la parade du 30 juin soit terminé pour partire le premier juillet?)

 Que Corneille NANGAA nous dise la vérité!

CENI-NANGAA MENTEUR

Maintenant, la question que doit se poser le peuple congolais et sa classe politique, majorité présidentielle et opposition confondue, est celle de savoir si « Corneille NANGAA est capable de mentir sur la situation clinique de l’Abbé MALUMALU au monde entier, que ne serait-il pas capable de faire sur le processus électoral ? » L’actuel Président de la CENI s’est disqualifié ; il doit démissionner.

Par ailleurs, les conséquences de ce mensonge d’Etat sont incalculables car, Corneille NANGAA ne s’est pas contenté de se décrédibiliser, si toutefois, il a eu du crédit auprès de l’opinion un jour ? Mais il a embarqué dans son aventure macabre, à coups de centaines de milliers de dollars, puisé dans la caisse de la CENI, les confessions religieuses qui ont désormais perdus toutes valeurs morales.

IMG_0211

Hors, dans le processus de désignation du Président de la CENI,  cette composante de la société civile dénommée confessions religieuses, a la responsabilité de choisir celui qui présidera à la destinée du processus électoral en RDC. Mais la dévalorisation morale de la composante confessions religieuses, remet en question le mode de désignation du Président de la CENI au sein de la société civile. Ce qui devrait donner lieu à un grand débat au sein de la société civile qui pourrait prendre des mois avant d’aboutir à un consensus autour d’un nouveau Président de la CENI.

Voilà qui retarderait davantage la tenue des élections en RDC.   

 

fallback-logo

 

Posté par flashmalinfo à 01:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]